Revenir à la liste

Troisième saison de « Vie religieuse aujourd’hui et demain »

Vie religieuse aujourd’hui et demain est une émission radio hebdomadaire de dialogue et de témoignages de personnes consacrées et laïques qui s’expriment sur des thématiques liées à la vie de l’Église au Canada ainsi que sur leurs engagements dans la société d’aujourd’hui et de demain.

Après avoir présenté 46 épisodes radio entre 2016 et 2018, cette émission, proposée par la Conférence religieuse canadienne, avec le soutien de la Fondation canadienne de la vidéo religieuse, revient en ondes pour une troisième saison de 32 épisodes diffusés sur Radio VM (www.radiovm.com).

D’une durée de 30 minutes, les épisodes seront diffusés sur Radio VM chaque vendredi à 8 h du 14 septembre 2017 au 3 mai 2018.

Cliquez sur le thème de votre choix pour en écouter les épisodes.

Restez à l’écoute de Radio VM chaque vendredi matin à 8 h !

Pour écouter les épisodes des saisons précédentes, cliquez sur l’un des boutons ci-dessous.

SAISON 1

SAISON 2


Retour sur l’Assemblée générale 2018 de la CRC

Francine Landreville, CND, et Louis Cinq-Mars, OFM Cap

La 32e assemblée générale de la Conférence religieuse canadienne s’est tenue du 24 au 27 mai 2018 à Montréal sous le thème « Les nuits sont enceintes. Toi qui veilles, qu’en dis-tu? », thème reliant un proverbe turc et un extrait de la Bible. Cet événement est une occasion pour les supérieures et supérieurs membres de la CRC de se rencontrer, d’échanger à partir de leurs expériences, de réfléchir sur les enjeux qui leur tiennent à cœur et de célébrer ensemble. Plus de 240 supérieures et supérieurs de congrégations religieuses catholiques du Canada participaient à ce rassemblement où il a été question des défis, des sources d’espoirs, mais aussi des priorités pour continuer de bâtir l’avenir de la vie consacrée au Canada. Car le pape François le dit clairement : il ne suffit pas de veiller passivement en attendant l’aurore.

C’est avec bonheur que nous ouvrons cette troisième saison de Vie religieuse, aujourd’hui et demain, avec :

  • Louis Cinq-Mars, OFM Cap, élu président de la CRC
  • Francine Landreville, CND, élue vice-présidente de la CRC

Pour écouter les épisodes (au format .mp3), cliquez sur l’un des boutons ci-dessous.

Épisode 1 : défis, enjeux et perspectives (partie 1)


14 septembre 2018

Épisode 2 : défis, enjeux et perspectives (partie 2)


21 septembre 2018


Père André Patry, OSST

Père André Patry dit « Père Jean »

L’invité de cet épisode fut un enfant rebelle et turbulent. On pourrait aisément dire qu’il a deux fils, des fils de cœur, des hommes ex-détenus qui l’ont choisi comme père adoptif, comme père spirituel, des hommes qu’il a rencontré derrière les barreaux, ceux de la tristement célèbre prison de Bordeaux, où le père Jean a œuvré comme aumônier pendant 38 ans. Il dit d’ailleurs souvent qu’il a été humanisé en prison, qu’il a même été évangélisé en prison. Précisant que Dieu l’a séduit et non appelé, le père André Patry communément appelé « Père Jean » est membre de l’ordre des Trinitaires, un ordre cloîtré, fondé par Saint-Jean-de-Matha au 12e siècle « pour le rachat des captifs ». S’il n’a pas, de son côté, payé des rançons pour libérer des captifs, voire pris leur place derrière les murs comme pouvaient le faire ses prédécesseurs, le père Jean a contribué à libérer intérieurement nombre d’hommes détenus par son écoute, sa présence libre et son profond respect de la dignité humaine. « Il ne s’agit pas de cautionner le mal, mais d’être complice du bien », aime-t-il nous rappeler.

Dans cet épisode, nous évoquerons son expérience derrière les murs de l’une des prisons les plus violentes du Québec, voire du Canada, mais aussi la vie intérieure de ce religieux hors norme.

Pour écouter l’épisode (au format .mp3), cliquez sur le bouton ci-dessous.

Épisode 1 : portrait du père André Patry


28 septembre 2018


Mgr Christian Rodembourg, MSA

Mgr Christian Rodembourg, MSA, évêque de Saint-Hyacinthe (Québec)

Il y a tout juste un an, le 17 septembre 2017, notre invité est entré dans la cathédrale du diocèse de Saint-Hyacinthe en tant que prêtre pour en sortir évêque quelques heures plus tard. Pas moins de 1 600 personnes assistaient à l’ordination épiscopale de Christian Rodembourg, MSA, à titre de nouvel évêque de Saint-Hyacinthe. Né à Bruxelles en 1959, Mgr Rodembourg a rejoint la Société des Missionnaires des Saints-Apôtres en 1989 et a été ordonné prêtre en 1995, après avoir complété ses études en théologie à Montréal. Mgr Rodembourg a été curé  durant 22 ans dans différentes paroisses du diocèse de Saint-Jean-Longueuil et 4 ans curé de la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, toujours dans ce même diocèse. Il a également été assistant général et responsable de la formation des Missionnaires des Saints-Apôtres, de même que directeur littéraire pour les Éditions Saint-Paul, à Paris. Mgr Christian Rodembourg a publié deux ouvrages aux Éditions Nouvelle Cité : « Prier 15 jours avec le père Eusèbe-Henri Ménard, fondateur de la Société des Missionnaires des Saints-Apôtres », et « Une vie offerte. 120 citations inspirées du père Eusèbe-Henri Ménard ». Mgr Rodembourg est également le président de la Fondation canadienne de la vidéo religieuse. Dans cet épisode, nous parlerons de sa foi, de son ministère d’évêque et de sa vision de l’Église.

Pour écouter l’épisode (au format .mp3), cliquez sur le bouton ci-dessous.

Épisode 1 : portrait de Mgr Christian Rodembourg, MSA


5 octobre 2018


Carl Hétu, Directeur national de la CNEWA

Carl Hétu

Depuis 90 ans, l’Association catholique d’aide à l’Orient, mieux connu sous son acronyme anglophone CNEWA (Catholic Near East Welfare Association), apporte un soutien vital aux personnes démunies et aux églises fragilisées de cette partie du monde. Fondée en 1926 par le pape Pie XI, l’Association catholique d’aide à l’Orient est présente au Canada depuis 2005. Après vingt ans d’expérience à œuvrer pour la justice sociale et le développement international, Carl Hétu est devenu le premier directeur national pour le Canada de la CNEWA. Depuis sa nomination, il coordonne depuis les bureaux de CNEWA Canada à Ottawa toutes les activités de l’organisme, dont les projets éducatifs et les campagnes de financement. Il agit officiellement au nom du pape pour aider les chrétiens dans des pays comme la Syrie, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens. Nous évoquerons dans cet épisode la mission de l’organisme, la situation des chrétiens en Orient, mais aussi l’implication des communautés religieuses dans ce contexte délicat et fragile.

Pour écouter l’épisode (au format .mp3), cliquez sur le bouton ci-dessous.

Épisode 1 : entretien avec Carl Hétu, Directeur national de la CNEWA


12 octobre 2018


L’accompagnement spirituel

Estelle Drouin et Raymond Gourde, CSC

La tradition dont l’accompagnement spirituel est issu remonte aux origines du christianisme. C’est là une discipline très ancienne qui évolue parallèlement à la mutation de nos sociétés. Si, dans le christianisme primitif, l’accompagnement spirituel était l’affaire de tous, cette pratique s’est progressivement spécialisée, devenant la responsabilité des religieux et des ecclésiastiques. Mais reviendrait-on, aujourd’hui, à l’accompagnement spirituel des débuts ? Des formations en accompagnement spirituel sont maintenant offertes et suivies par des personnes issues d’horizons divers afin de répondre aux demandes croissantes pour ce type d’accompagnement venant nourrir des besoins profondément humains l’écoute, la présence, la relation, entre autres.

Afin d’explorer ce thème de l’accompagnement spirituel nous accueillons pour l’occasion :

  • Estelle Drouvin, coordonnatrice au Centre de services de justice réparatrice et accompagnatrice au Centre Le Pèlerin;
  • Père Raymond Gourde, CSC, membre fondateur et accompagnateur au Centre Le Pèlerin.

Épisode 1 : qu’est ce que l’accompagnement spirituel?


19 octobre 2018

Épisode 2 : une ou plusieurs approches?


26 octobre 2018


Une bible des femmes

Anne Létourneau et Pierrette Daviau

Un ouvrage bien particulier a récemment été publié aux éditions Labor et Fides qui a pour titre « Une bible des femmes », ouvrage commenté par des femmes, mais qui n’oublie pas les hommes et qui s’intéresse à l’humanité. Voilà ce que vingt théologiennes d’Europe, d’Afrique et du Québec, tant catholiques que protestantes, y proposent. Dans ce livre, des liens sont tissés entre les textes sacrés et ce que vivent les femmes du XXIe siècle, allant de la charge mentale des mères de famille salariées aux dénonciations du mouvement #moiaussi, en passant par les crises écologiques et migratoires. Pour parler de cet ouvrage de qualité, nous avons la joie et la chance de recevoir :

  • Pierrette Daviau, FDLS, qui co-signe deux textes dans Une bible des femmes, en plus de co-diriger le livre
  • Anne Létourneau, qui propose un chapitre sur la beauté des femmes bibliques.

Pierrette Daviau est membre de la congrégation des Filles de la sagesse et cofondatrice du Centre de recherche féministe Sophia. Elle est également professeure titulaire retraitée à la Faculté des sciences humaines de l’Université Saint-Paul à Ottawa. Elle a notamment publié sur la place des femmes en Église, les théologies et les spiritualités féministes, l’étude de Marthe et Marie, l’analyse de genre, la spiritualité au mitan de la vie et l’écospiritualité.

Anne Létourneau est professeure d’Ancien Testament à l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse particulièrement aux thèmes du genre et de la violence dans la Bible hébraïque et aux apports des théories féministes, post-coloniales et queer en exégèse.

Une bible des femmes (partie 1)


2 novembre 2018

Une bible des femmes (partie 2)


9 novembre 2018


S’engager aujourd’hui dans la vie consacrée

Arlette Coker et Jean-François Pouliot

Du 3 au 28 octobre dernier, 267 cardinaux, évêques, patriarches chrétiens et religieux des cinq continents se sont réunis en synode afin de réfléchir à la situation des jeunes, à leur évangélisation, mais aussi à leur rôle dans l’Église et la société. Au terme du synode, les évêques ont notamment présenté une courte lettre destinée aux jeunes en soulignant « que nos faiblesses ne vous découragent pas, que nos fragilités et nos péchés ne fassent pas obstacle à votre confiance ».

Pour de nombreuses personnes, jeunes et moins jeunes, le lien de confiance avec l’Église est brisé, le dialogue est même parfois rompu, par colère ou plus souvent  par indifférence. Les jeunes qui ont la foi ne se reconnaissent pas toujours dans une Église aux structures lourdes, minées par les scandales. Malgré tout, des jeunes se sentent appelés à s’engager dans la vie consacrée.

C’est le cas de nos deux invités , trentenaires, qui font un pas de plus dans leur engagement en Église. Qu’est-ce qui les motive? Comment vivent-ils cet appel? Pour en parler, nous sommes heureux de recevoir :

  • Arlette Coker, FMJ, membre des Fraternités Monastiques des Sœurs de Jérusalem;
  • Jean-François Pouliot, FMJ, membre de la Famille Marie-Jeunesse.

S’engager aujourd’hui dans la vie consacrée (partie 1)


16 novembre 2018

S’engager aujourd’hui dans la vie consacrée (partie 2)


23 novembre 2018


Benoît Lacroix, un dominicain dans le siècle – Entretien avec Guy Laperrière

Guy Laperrière

Une fois n’est pas coutume, dans cet épisode nous tournerons notre regard vers le passé en revenant un instant sur la vie du père dominicain Benoît Lacroix décédé le 2 mars 2016 à l’âge de 100 ans. Professeur émérite de l’Université de Montréal, docteur en sciences médiévales, historien, théologien, officier de l’Ordre du Canada et grand officier de l’Ordre national du Québec : le père Lacroix, c’était tout ça, et même davantage. Homme de médias, homme de parole, le père Lacroix savait aussi apprécier le silence, nourrissant une vie intérieure intense.

Afin de réfléchir sur la vie centenaire du père Lacroix, d’y saisir ce qui est porteur pour l’avenir, nous avons le plaisir d’accueillir Guy Laperrière, professeur d’histoire à l’Université de Sherbrooke de 1971 à 2011, spécialiste de l’histoire religieuse du Québec et auteur de l’ouvrage Benoît Lacroix. Un dominicain dans le siècle, biographie publiée en 2017 chez Médiaspaul.

Benoît Lacroix, un dominicain dans le siècle – Entretien avec Guy Laperrière


30 novembre 2018


La non violence

Diane Gagnon, Dominique Boisvert et Louise Royer

Conflits armés, attentats terroristes, tueries de masse, répression policière, criminalisation des réfugiés : la violence est partout. Elle semble même parfois être un réflexe, voire un trait de la nature humaine. Nous commémorons en 2018 de grandes figures de la résistance non-violente, notamment Mohandas Gandhi et Martin Luther King, assassinés respectivement il y a 70 et 50 ans. À leur suite, est-il possible de réfléchir le monde contemporain dans les termes de la non-violence? La non-violence est-elle une voie efficace pour briser la spirale de la violence?

Pour approfondir la thématique de la non-violence, nous avons le plaisir de recevoir :

  • Louise Royer, directrice de l’Office de la pastorale sociale à l’Archevêché de Montréal;
  • Sœur Doris Gagnon, conseillère au sein de l’administration générale des Sœurs de Sainte-Croix;
  • Dominique Boisvert, militant et auteur de nombreux essais dont un, publié en 2017 aux Éditions Écosociété, intitulé Nonviolence. Une arme urgente et efficace.

La non-violence (partie 1)


7 décembre 2018

La non-violence (partie 2)


14 décembre 2018


Sœur Marie de Lovinfosse

Marie de Lovinfosse aux côtés de Mathieu Lavigne

Quand elle avait quatre ans, réfléchissant à ce qu’elle pourrait bien faire quand elle serait grande, Marie de Lovinfosse a lancé spontanément : «  Je ne serai pas une sœur en tout cas, car je m’ennuierais!  ». Non, ce qui l’attirait, ce n’était pas la vie consacrée, mais plutôt la vie d’aventurière! Et pourtant, en 2010, elle faisait ses vœux perpétuels en tant que membre de la Congrégation de Notre-Dame. Marie de Lovinfosse est donc sœur, malgré ses réserves de jeunesse, mais aussi aventurière, la vie religieuse, dans les pas de Marguerite Bourgeoys étant tout sauf ennuyante! Marie est d’ailleurs depuis peu détentrice d’un doctorat en théologie du Collège universitaire dominicain d’Ottawa, sa thèse portant sur La pédagogie de la « visite » de Dieu chez Luc. Elle enseigne  également l’exégèse de l’Ancien et du Nouveau Testament à l’Institut de formation théologique de Montréal.

Sœur Marie de Lovinfosse


21 décembre 2018


Communications et Église

Pierre Murray, Jacinthe Lafrance et Philippe Vaillancourt

Du 30 janvier au 1er février 2019 se tiendront les 23e Journées Internationales Saint François de Sales, véritable grand-messe des communicateurs catholiques francophones. Cette rencontre, qui aura lieu à Lourdes, réunira des professionnels de près de 30 nationalités. Journalistes de médias catholiques, éditeurs et responsables de la communication en Église échangeront sous le regard de saint François de Sales, patron des journalistes. L’occasion est donc belle pour aborder ce vaste sujet qu’est celui des communications en Église, thème que nous déclinerons en 3 épisodes.

Pour nous accompagner et approfondir ce thème, nous avons l’immense plaisir d’avoir à nos côtés un trio de qualité :

  • Mgr Pierre Murray;
  • Jacinthe Lafrance;
  • Philippe Vaillancourt.

Mgr Pierre Murray est prêtre de l’archidiocèse de Montréal depuis 1991. Diplômé de l’Université pontificale grégorienne, ancien directeur général de Communications et Société, il est, depuis mai 2018, secrétaire général de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ).
Formée en théologie et en sciences politiques, Jacinthe Lafrance a quant à elle été rédactrice en chef et collaboratrice de plusieurs publications, dont les revues Notre-Dame du Cap et En communion. Elle est actuellement la responsable des communications du diocèse de Nicolet.
De son côté, Philippe Vaillancourt est formé en théologie, en journalisme et en relations internationales. Il est le rédacteur en chef de l’agence de presse Présence Information religieuse. Il a également été animateur ici-même, à Radio VM, où on peut toujours l’entendre dans le cadre de l’émission Foi et Turbulences.

Communications et Église : Comment l’Église pense-t-elle la communication?


11 janvier 2019

Communications et Église : Comment l’Église communique?


18 janvier 2019

Communications et Église : Comment l’Église est-elle représentée dans les médias?


25 janvier 2019


Père Richard Renshaw, CSC

Père Richard Renshaw, CSC

Né à Buffalo en 1940, le père Richard Renshaw a vécu au Pérou entre 1980 et 1991 et est montréalais depuis 2002. Membre de la Congrégation de Notre-Dame, détenteur de trois maîtrises, il est de toutes les luttes pour plus de justice sociale. Il était du mouvement Occupons Montréal, de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada et du Forum social mondial de 2016, bref, Richard Renshaw est partout. Ancien directeur adjoint de l’organisme Développement et Paix, il demeure aujourd’hui impliqué dans bon nombre d’organismes, du Centre d’écoute Le Havre à l’organisme Terre Sacrée, en passant par le Bureau Sainte-Croix international pour la Justice.

Portrait de Richard Renshaw, CSC


1er février 2019


Investissements responsables et saine gouvernance des entreprises

Esther Champagne et François Meloche

L’argent, dit-on, n’a pas d’odeur. Mais aurait-elle une morale ? On serait tenté de le croire, car tant les caisses de retraite, les investisseurs institutionnels que les petits actionnaires surveillent plus que jamais les entreprises dans lesquelles ils investissent. Si l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la gestion des portefeuilles d’actions n’est pas nouvelle, il semble bien que l’investissement socialement responsable soit en passe de devenir la norme. Au Québec, tout comme aux États-Unis d’ailleurs, les communautés religieuses ont été des pionnières de cette approche où profits rime avec respect de l’environnement, où rendements rime avec éthique.

Afin d’évoquer ce thème des investissements responsables et de la saine gouvernance des entreprises en plaçant l’humain et le respect de la « maison commune » au cœur de nos préoccupations, nous avons la joie de recevoir :

  • Esther Champagne, SBC, sœur de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal, membre du Conseil d’administration du Centre Social d’Aide aux Immigrants, et ex-présidente et co-fondatrice du Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises (RRSE);
  • François Meloche, un des co-fondateurs d’Équiterre, aujourd’hui directeur de l’engagement actionnarial chez Æquo, entreprise proposant des services en investissement responsable.

Investissement responsable et saine gouvernance des entreprises (partie 1)


8 février 2019

Investissement responsable et saine gouvernance des entreprises (partie 2)


15 février 2019


Père Benoît-Joseph Raymond

Père Benoît-Joseph Raymond
Père Benoît-Joseph Raymond

C’est une visite rare que nous avons le plaisir d’avoir pour cette émission, celle du père Benoît-Joseph Raymond, né au Québec dont l’engagement dans la vie consacrée l’a amené à être aujourd’hui responsable de la branche masculine des frères et des prêtres de la Communauté catholique des Béatitudes en France. Née en 1973 dans la foulée du Renouveau charismatique, la Communauté des Béatitudes compte 52 maisons et est présente dans 28 pays. Cette « famille ecclésiale de vie consacrée » est composée de trois branches : frères consacrés, sœurs consacrées et laïcs. Le père Benoît-Joseph Raymond, qui est en France depuis 1994, nous parlera notamment de son parcours, de sa communauté et du regard qu’il pose sur la réalité québécoise, lui qui est, pourrait-on dire, Français d’adoption.

Père Benoît-Joseph Raymond


22 février 2019


Sœur Suzanne Loiselle, SA

Sœur Suzanne Loiselle, SA

Femme portée par un sentiment d’urgence, Suzanne Loiselle est une religieuse qui a gardé intact sa capacité à s’indigner, et à agir. Le regard qu’elle porte sur le monde est à la fois tendre et vif, à la fois solidaire et critique. Membre de la communauté internationale des Sœurs Auxiliatrices, d’abord enseignante à Granby et à Sept-Îles, Suzanne Loiselle est bien connue pour avoir dirigé pendant près de 30 ans l’Entraide Missionnaire, organisme qui a fermé ses portes en 2018 et qui avait pour mission de former, d’instruire et de mobiliser autour d’enjeux touchant les relations Nord-Sud.

Suzanne Loiselle a effectué plusieurs séjours en Haïti, au Rwanda, au Nicaragua et au Brésil. Elle s’est également jointe à diverses délégations, dont celle organisée par Objection de conscience en Irak en janvier 2000, en plus d’avoir participé à de nombreuses rencontres internationales. Elle est également récipiendaire d’un Prix du Public pour la Paix (2016) et a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale en 2018. Toujours très active, Suzanne Loiselle fait partie du Collectif Échec à la guerre et on peut l’entendre sur Radio VM dans le cadre de l’émission Foi et Turbulences. C’est avec joie que nous échangerons avec elle dans cette émission tant sur des questions de justice sociale que de foi à travers son parcours inspirant.

Sœur Suzanne Loiselle, SA


1er mars 2019


La transmission de la mission

Sœurs Aurore Larkin, SGM, et Lise Tanguay, AMJ

Récemment, Louis Cornellier écrivait ceci sur le site de l’agence de presse Présence : « Il faut transmettre à ceux qui nous suivent ce qui a de la valeur pour nous. On ne garde pas un trésor pour soi. » Cette phrase, elle aurait pu être écrite par les responsables de plusieurs communautés religieuses qui réfléchissent à ces questions depuis plusieurs années : quoi léguer, pourquoi ? Comment transmettre aux générations futures cet héritage fait de pierres, d’expériences humaines, mais aussi de valeurs, de spiritualité et de traditions ? Du côté du patrimoine matériel, certaines reconversions ont laissé un goût amer, mais dans ces épisodes, nous parlerons de projets démontrant que la transmission de la mission des communautés religieuses est possible. Parmi ces projets inspirants, réalisés ou à venir, il y a ceux des Sœurs Grises de Montréal et des Augustines de la miséricorde de Jésus. Pour nous les partager, nous avons la grande joie d’accueillir :

  • Sœur Aurore Larkin, SGM, Supérieure générale des Sœurs de la Charité de Montréal dites les Sœurs grises
  • Sœur Lise Tanguay, AMJ, Supérieure générale, Fédération des Monastères des Augustines de la Miséricorde de Jésus

La transmission de la mission (partie 1)


8 mars 2019

La transmission de la mission (partie 2)


15 mars 2019


La sainteté

Jacques Gauthier et Lorainne Caza, CND

Les saintes et les saints sont partout : de très nombreuses rues, d’innombrables villes et de villages y font référence, tout comme, étrangement, divers vins, fromages et bières. Certains saints sont des stars – saint Patrick, saint Augustin – d’autres des superstars – pensons à Marie – et d’autres sont méconnus. On fait mémoire dʼeux en la fête de la Toussaint, célébrée depuis le IXe siècle. Si certaines personnes ont toujours avec eux une une image sainte, d’autres prient au pied de leurs statues avec ferveur, d’autres encore développent avec une sainte ou un saint une relation particulière, comme une intense et intime amitié. Le curé dʼArs rappelle que : « Les saints nʼont pas tous bien commencé, mais ils ont tous bien fini. » Mais comment devient-on un saint, une sainte? Et comment devenir saintes et saints aujourd’hui ?Car si les saints et saintes nous semblent parfois être des personnages quasi mythiques à la vertu inaccessible, une autre conception de la sainteté est possible, voire souhaitable. Afin de mener une réflexion la sainteté, nous avons la joie de recevoir deux grands esprits :

  • Sœur Lorraine Caza, CND, membre de la Congrégation de Notre-Dame, docteure en théologie qui a enseigné au Collège universitaire dominicain d’Ottawa
  • Jacques Gauthier, docteur en théologie qui a enseigné une vingtaine d’années à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, il a notamment publié pas moins de 72 ouvrages sur les âges de la vie, la poésie, la spiritualité, la sainteté, la prière et les grandes figures chrétiennes

Qu’est-ce que la sainteté ?


22 mars 2019

Quel sens donner à la sainteté aujourd’hui ?


29 mars 2019


Regard sur l’Église et la vie consacrée au Québec

John Meehan, SJ

Dans cet épisode, nous porterons notre attention sur l’Église et la vie consacrée au Québec à travers le regard du père John Meehan, SJ.

Intellectuel de haut vol, historien de formation et ex-président de Campion College, collège universitaire jésuite de Regina, en Saskatchewan, John Meehan est arrivé à Montréal il y a quelques mois, occupant les postes de recteur de la mythique église du Gesù, et celui de directeur intérimaire du Centre Newman de lʼUniversité McGill. Né à Antigonish en Nouvelle-Écosse, John Meehan a appris le français dans le cadre de deux séjours en France, le second dans une communauté de l’Arche, de Jean Vanier. Historien, spécialiste des relations internationales, polyglotte, celui qui se destinait à une carrière de diplomate entrera finalement chez les jésuites en 2000, à l’âge de 33 ans.

Il sera également question dans cet épisode de réconciliation avec les peuples autochtones et de possibles pistes de guérison et de transformation dans le présent contexte de crise des abus sexuels dans l’Église.

Regard sur l’Église et la vie consacrée au Québec


5 avril 2019


L’impact de Vatican II sur la vie consacrée

Violaine Paradis, CND et Dominique Laperle

En 1962, le pape Jean XXIII ouvre le concile œcuménique Vatican II, concile qu’il avait annoncé en janvier 1959. Pendant quatre automnes consécutifs, quelque 2400 évêques venus du monde entier y participeront, renouvelant une Église que Jean XXIII jugeait déphasée face à une sécularisation en hausse, une Église qui avait besoin d’un nouveau printemps. Ce concile, qui se terminera le 8 décembre 1965, entraînera de profonds bouleversements qui n’épargneront pas la vie consacrée, que l’on cherchera à adapter à la mentalité et aux aspirations modernes tout en étant fidèles à l’antique tradition de l’Église. Un défi de taille, il va sans dire.

Afin d’approfondir cette réflexion, nous aborderons d’abord le contexte historique entourant le concile, la modernisation de la vie consacrée qu’il propose, et sa réception au sein des communautés religieuses au Canada, pour ensuite évoquer plus directement l’impact de Vatican II sur la vie consacrée. Pour en parler, nous sommes heureux d’avoir à nos côtés :

  • Sœur Violaine Paradis, membre de la Congrégation de Notre-Dame ayant prononcé ses premiers vœux en 2012, détentrice d’une formation en théâtre;
  • Dominique Laperle, historien et enseignant au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à lʼUniversité de Montréal et à lʼInstitut de pastorale des Dominicains. Il est également chercheur associé à la chaire Jean-Marie Roger Tillard sur la vie religieuse. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Entre Concile et Révolution tranquille. Les religieuses au Québec, une fidélité créatrice, livre paru chez Médiaspaul en 2015.

L’impact de Vatican II sur la vie consacrée (partie 1)


12 avril 2019

L’impact de Vatican II sur la vie consacrée (partie 2)


19 avril 2019


Les nouvelles formes de vie consacrée aujourd’hui

Marie Salmon et Rick Van Lier

La vie consacrée au Québec est en crise, diront certains, crise que l’on fait souvent remonter aux années 1960, période marquée par le concile Vatican II. Paradoxalement, si crise il y a, elle concerne surtout une certaine forme de vie consacrée, celle portée par les communautés religieuses de longue tradition. Car nous l’oublions trop facilement, les années 1970, 1980 et dans une moindre mesure les années 1990 ont été le lieu de nouvelles fondations au Québec comme ailleurs dans le monde. Quels sont les traits de ces nouvelles formes de vie consacrée ? Comment expliquer l’attrait qu’elles exercent sur une certaine jeunesse ? Et quels sont, pour ces communautés dites « nouvelles », les défis pour l’avenir ? Voilà quelques-unes des questions qui seront abordés dans ces derniers épisodes de Vie religieuse aujourd’hui et demain.

Afin de mieux comprendre les rouages de cette problématique, nous avons le plaisir d’avoir avec nous :

  • Marie Salmonresponsable nationale de la Communauté du Chemin Neuf au Canada, originaire de Lyon en France, mariée et mère de quatre enfants. La Communauté du Chemin Neuf est à vocation œcuménique et réunit des prêtres, des célibataires consacrés, des membres mariés et leurs familles, pour un total de près de 2 000 membres répartis dans une trentaine de pays.
  • Rick Van Lier, professeur adjoint à l’Institut de pastorale des Dominicains à Montréal, spécialiste en histoire, en sociologie et en théologie de la vie consacrée qui a déposé récemment sa thèse de doctorat sur les communautés nouvelles et les nouvelles formes de vie consacrée.

Les nouvelles formes de vie consacrée aujourd’hui (partie 1)


26 avril 2019

Les nouvelles formes de vie consacrée aujourd’hui (partie 2)


3 mai 2019