Revenir à la liste

Les évêques canadiens représentés par une religieuse SNJM au forum de la section Migrants et réfugiés à Rome

Déléguée officielle de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), Sœur Claudette Bastien, SNJM, a fourni des exemples concrets du travail effectué par des organismes canadiens contre la traite humaine. La rencontre du Dicastère pour le service du développement humain intégral – section Migrants & Réfugiés tenue à Rome, en juillet dernier, rassemblait une cinquantaine de personnes.

Le groupe complet de participants à la rencontre internationale tenue à Rome en juillet dernier.

Le travail effectué par des organismes canadiens tels que le CATHII (Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale) a suscité beaucoup d’intérêt auprès des participants. La présentation faite par Sœur Claudette Bastien a été d’autant plus remarquée que la presque totalité des autres interventions étaient davantage orientées vers l’éthique, la morale et la spiritualité.

Curieusement, la seule autre intervention dans la même veine, provenait également d’une autre religieuse, Sœur Colleen Jackons, RSC, membre de l’ACRATH (Australian Catholic Religious Against Trafficking in Humans). Cette dernière représentait elle aussi, les évêques de son pays, l’Australie. Soulignons que sur les 29 personnes invitées (évêques et frères), on comptait quatre femmes dont deux religieuses.

Les quatre femmes parmi les 29 personnes invitées (évêques et frères) dont deux religieuses représentant les évêques d’Australie et du Canada, en avant-plan.

Une problématique odieuse

L’ensemble des présentations, d’une durée de sept minutes chacune, a permis de faire le point sur la situation actuelle de ce phénomène mondial intolérable pour alimenter la réflexion et la rédaction d’un document directeur à l’attention de toute l’Église catholique et de la société civile.

Ce document, attendu au printemps 2019, devrait contenir des nouvelles lignes directrices et recommandations pour faire face aux défis liés aux personnes migrantes et réfugiées et à la traite humaine. « L’objectif est d’améliorer les lois civiles, de former les juges et les policiers et de poursuivre le travail de sensibilisation du public sur cette problématique qui sévit dans tous nos milieux de vie, y compris chez nous, à Montréal, Toronto, Vancouver, sans oublier de nombreuses autres villes plus petites », précise Sœur Claudette Bastien, SNJM.

Des rencontres significatives

Après sa participation à la rencontre de Talitha Kum l’an dernier, la présence de sœur Claudette à ce forum, dont l’instigation première revient au pape François, s’est révélée une expérience enrichissante à plus d’un titre. « Outre le contenu des présentations, il était intéressant de pouvoir faire des liens entre les réalités de chacun des pays et d’identifier les sources des problèmes. C’était particulièrement fascinant de constater les similitudes avec les données de l’organisme ACRATH en Australie, qui s’apparente au CATHII, au Québec. »

Soeur Claudette Bastien avec le pape François lors de la célébration spéciale pour commémorer le 5e anniversaire du naufrage près de l’île Lampedusa.

« J’ai aussi été particulièrement touchée par les échanges avec un réfugié congolais, ancien agent frontalier qui a dû fuir son pays en laissant son fils en Afrique. » Difficile en effet de ne pas réaliser tout le drame humain vécu par cet homme qui a été refoulé, déporté dans plusieurs pays et torturé, avant de pouvoir finalement s’installer dans un pays européen. « Ce témoignage et ceux de bien d’autres nous font réaliser toute la souffrance humaine qui se cache sous l’expression « personnes migrantes et réfugiées », rappelle avec justesse cette religieuse, engagée depuis longtemps au sein du comité Justice et Paix des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM).

Cette dernière a une autre bonne raison de se souvenir de son passage à Rome en juillet 2018. En effet, elle a eu la chance de serrer la main du pape François lors d’une célébration spéciale en marge du forum, afin de commémorer le 5e anniversaire du naufrage tout près de l’île italienne Lampedusa. Quelque 200 personnes, dont la majorité concernée par ce drame, étaient présentes pour assister à ce moment unique qui démontre, encore une fois, la sensibilité du pape face à cette question toujours aussi brûlante d’actualité.

Soulignons en terminant que la Conférence des évêques catholiques du Canada a demandé à l’organisme CATHII (Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale) de les représenter à cette rencontre du Dicastère. Les évêques canadiens ont considéré que l’organisme était le mieux placé pour apporter une contribution significative au débat. Le CATHII a par la suite désigné Sœur Claudette Bastien, SNJM, une des membres fondatrices de l’organisme, pour assumer ce rôle de représentante officielle.

Pour en savoir davantage sur la section Migrants et Réfugiés du Dicastère, consultez le site Internet : https://migrants-refugees.va/fr/

Source : Soeurs SNJM, www.snjm.org.