Revenir à la liste
21 février

Pierre-Marie Delfieux, FMJ

Pierre naît le 4 décembre 1934, à Campuac (Aveyron, France), dans une famille chrétienne de six enfants. Après son baccalauréat, il entre au Grand Séminaire de Rodez. Il fait son service militaire à Madagascar et au retour il termine ses études de théologie à Toulouse. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1961.

Après deux ans comme vicaire de la cathédrale à Rodez, en 1965, il intègre l’équipe d’aumôniers d’étudiants de la Sorbonne, où il organise des pèlerinages notamment en Terre Sainte et au Sahara, sur les pas de Charles de Foucauld. C’est là que, au bout de sept ans de cet apostolat marqué par les bouleversements introduits par Mai 68, Pierre décide de prendre son année sabbatique; il part une année, puis une seconde, avec la seule compagnie de la Bible et du Saint-Sacrement. Un jour le petit frère de Jésus, qui habitait l’ermitage voisin, lui montre une coupure de journal : le Cardinal Marty souhaite voir naître à Paris des « moines de l’an 2000 ». Pierre reconnaît dans cet appel le désir qu’il porte et réalise que le vrai désert aujourd’hui se trouve dans les villes.

En juin 1974, il quitte l’Assekrem et va confier au Cardinal Marty son désir de devenir moine dans la ville. Le Cardinal lui donne son accord et une église lui est confiée dans le centre de Paris, pour y établir la future fraternité. La première liturgie est chantée par une douzaine de frères le 1er novembre 1975, fête de Toussaint. La feuille expliquant le projet justifie le choix de cette date : « Notre aventure sera celle de la sainteté ou elle ne sera pas ». Une fraternité de moniales naît à son tour un an après, le 8 décembre 1976.

En 2004 les Fraternités monastiques de Jérusalem s’établissent à Montréal : c’est la première fondation outre-Atlantique. Frère Pierre-Marie suit de près les diverses fondations et vient souvent à Montréal, pour rendre visite aux frères et sœurs, mais aussi pour donner des récollections et conférences. En 2005 il prêche la retraite aux évêques du Québec à Trois-Rivières. En 2011, il découvre être malade, mais continue jusqu’au bout à soutenir et encourager les différentes Fraternités. Il décède dans la maison de Magdala, en Sologne, le 21 février 2013.

CITATION :

Il n’y a pas la prière et la vie. La vie d’un côté, qui empêcherait de prier. Et la prière de l’autre qui exigerait de s’en retirer. La vie est dans la prière et la prière est dans la vie. Car la vie tout entière est déjà une prière…

LIENS : http://www.jerusalem-montreal.org/ – http://jerusalem.cef.fr/