Revenir à la liste

La foi et l’espérance au milieu de la nuit : retour sur l’Assemblée générale 2018

Du 24 au 27 mai 2018, plus de 250 leaders religieux de quelque 240 congrégations catholiques du Canada ont participé à la 32e assemblée générale de la Conférence religieuse canadienne (CRC). Le thème de cette édition, « Les nuits sont enceintes. Toi qui veilles, qu’en dis-tu? », a été développé par Elena Lasida, docteur en Sciences Sociales et Economiques et professeure à l’Institut Catholique de Paris. Œuvrant depuis plus de 15 ans au sein de la commission épiscopale Justice et Paix de la Conférence des Evêques de France (CEF), elle a développé une réflexion à partir de l’encyclique Laudato Si’ sur la façon dont le développement durable et une nouvelle économie s’appliquent au contexte religieux canadien. Son intervention en deux temps les 25 et 26 mai a été grandement appréciée par les membres.

L’assemblée, qui se tient tous les deux ans, est l’occasion pour les responsables des congrégations religieuses, membres de la CRC, de se rencontrer et d’échanger ensemble sur des enjeux de leur ministère et de la vie religieuse au Canada. Comme en 2016, ce rassemblement s’est tenu à l’Hôtel Sheraton Montréal Aéroport (555 avenue McMillan) à proximité de l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau.



Reportage TV

Émission Perspectives du dimanche 28 mai 2018 diffusée sur Télévision Sel et Lumière.


Émission radio

Cliquez sur l’un des deux boutons ci-dessous pour écouter l’émission spéciale enregistrée par Radio VM à l’occasion de l’Assemblée générale 2018 de la CRC.


Première partie


Deuxième partie


Articles de presse

Cliquez sur l’un des trois liens ci-dessous pour lire les articles publiés par l’agence média Présence – information religieuse.

Les supérieurs des communautés religieuses du Canada réfléchissent à leur avenir

Dans la nuit, rechercher des signes d’espérance

Un café avec Louis Cinq-Mars


Résumé de l’assemblée

Une salutation toute particulière

C’est devant une assemblée d’environ 250 religieuses et religieux de tout le Canada que la présidente sortante de la CRC, sœur Michelle Payette, MIC, a ouvert le 24 mai au soir la 32e assemblée générale de la CRC. Comme de tradition, sœur Michelle a convié plusieurs invités spéciaux à venir adresser quelques mots à l’assemblée. Parmi eux se trouvait un invité rarement de passage au Canada : le père Arturo Sosa, SJ, supérieur général des Jésuites. Ce dernier effectuait une tournée à travers le pays à l’occasion de la refondation de la province jésuite du Canada. Par la suite, Monseigneur Noël Simard, président de l’AÉCQ (Assemblée des évêques catholiques du Québec), sœur Carole Shinnick, SSND, et sœur Sharlet Wagner, CSC, respectivement présidente sortante et présidente élue de la LCWR, ainsi que le frère José Francisco Flores Gamio, FÉC, trésorier de la CIRM (Conferencia de Superiores Mayores de Religiosos de México), ont également prononcé un discours aux participants de l’assemblée.

Au lendemain de cette soirée d’ouverture, plusieurs temps forts ont ponctué le programme de la journée de vendredi. Afin de mettre en condition les participants au thème de l’assemblée, sœur Mary-Ellen Francoeur, SOS, et sœur Sophie Christine Adonisse Mbougoum, CND, ont animé un panel en partageant leurs expériences personnelles et communautaires en lien avec le thème.

Sœur Mary-Ellen a évoqué sa relation avec l’esprit.

« J’ai écouté sa voix quand il m’a dit de travailler avec les Premières Nations. J’ai beaucoup appris des femmes que j’ai rencontrées. »

Le souffle de l’Esprit Saint l’a porté dans différentes expériences missionnaires en Afrique. Elle a côtoyé des femmes qui vivent des situations de pauvreté, de violence, de détresse et d’abus. Au milieu de ces épreuves, Mary-Ellen a pu constater que l’Esprit insufflait espérance et vie à ces femmes qui se faisaient porte-parole de l’Esprit pour plus de justice, de paix, de respect et de guérison.

Sœur Sophie a quant à elle partagé son vécu de l’enlèvement de sa consœur Gilberte Bussière le soir du 4 avril 2014 au Cameroun. Elle se trouvait alors avec sa famille. Dans l’angoisse de cette nouvelle, elle s’est mise à l’écoute de l’Esprit afin de savoir quoi faire.

« Quand c’est la nuit, on ne peut rien faire, mais on ne dort pas… J’ai donc prié. […] Pendant 58 jours, j’ai fait l’expérience d’une amitié internationale formidable. J’ai vécu l’importance de la prière et, un jour à la fois, j’avais besoin de discerner avec les autres. »

Les membres ont par la suite partagé leur propre réflexion autour du thème de l’assemblée. C’est ainsi qu’ils ont souligné, dans leurs propres expériences, la puissance de l’Esprit Saint, la force de la prière, la communion avec les autres, et l’importance d’être à l’écoute de l’esprit pour discerner.

Un leadership renouvelé

En début d’après-midi, sœur Michelle Payette a annoncé que les personnes proposées pour le nouveau Conseil d’administration (CA) de la CRC étaient élues d’office en l’absence de nouvelles propositions de candidates ou candidats. Ainsi, le nouveau CA se compose comme suit :

  • Frère Louis Cinq-Mars, OFM Cap, élu président
  • Sœur Francine Landreville, CND, élue vice-présidente
  • Sœur Joan Cronin, GSIC, réélue secrétaire trésorière
  • Sœur Denise Kuyp, RNDM, élue représentante pour la région de l’Ouest
  • Sœur Sandra Shannon, SP, réélue représentante pour l’Ontario
  • Sœur Françoise Drouin, FCSCJ, élue représentante pour le Québec
  • Frère Florent Gaudreault, FÉC, élu représentant pour le Québec
  • Sœur Brendalee Boisvert, SM, réélue représentante pour la région de l’Atlantique

La promesse d’un monde nouveau

Après cet interlude porteur d’espérance, ce fut au tour d’Elena Lasida d’entrer en scène. Elle se définit comme une « femme de frontières » :

  • Frontière géographique (nord vs. sud);
  • Frontière disciplinaire (économiste vs. théologie et d’autres disciplines);
  • Frontière du travail (pensée vs. action, théorie vs. pratique).

Selon elle, au milieu de la nuit, il y a quelque chose qui germe, quelque chose que l’on ne connaît pas encore. La nuit n’est pas uniquement une menace, mais peut devenir une promesse.

Elle cite la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains :

« Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. […] Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ? »

Rm 8, 22 et 24

Cela l’interpelle beaucoup. Notre première réaction serait de vouloir revenir à ce qui était avant. Mais ce n’est pas ce que Saint Paul nous dit : espérer, c’est attendre quelque chose de nouveau, que l’on ne connaît pas encore. C’est un monde nouveau, porteur de plus de vie que l’ancien, qui doit jaillir.

Du point de vue d’Elena Lasida, la crise écologique ne concerne pas uniquement l’épuisement des ressources naturelles, mais elle interroge le sens de notre vie. Elle amène à porter un regard global sur ce qu’il se passe sur Terre. C’est en ce sens que l’encyclique Laudato Si’ recèle des richesses inépuisables et peut apporter des réponses « aux nuits » des communautés religieuses.

Le développement de sa première présentation s’est articulé en 3 points :

  1. Trois principes de lecture de Laudato Si’qu’elle identifie comme piliers de la mission confiée par le pape François dans cette encyclique :
    1. Tout est lié
    2. Tout est donné
    3. Tout est fragile
  2. Le lien entre Laudato Si et les 4 règles d’Evangelii Gaudium;
  3. À partir de ce lien, penser d’une manière nouvelle ce qui définit une « vie bonne »

Au retour de la pause, les membres ont eu un temps d’échange avec la conférencière. Plusieurs questions ont alors pu lui être posées, tandis que d’autres ont été mises par écrit et transmises à Elena Lasida afin qu’elle puisse les développer lors de sa deuxième intervention le lendemain.

Après une courte pause, les membres ont à la fois débuté le processus des priorités de la CRC pour les deux années à venir, et voté majoritairement une résolution proposée par le réseau JPIC de la CRC en Ontario. Cette résolution vise à promouvoir davantage les Appels à l’action du rapport de la Commission de Vérité et de Réconciliation du Canada (CVR) et implique qu’un plan d’action soit élaboré en ce sens.

Cette deuxième journée d’assemblée s’est conclue par le lancement « primeur » du nouveau livre d’André Beauchamp intitulé « Vivre son âge : pistes de réflexion spirituelle », ouvrage publié chez Novalis et coproduit à la fois par l’OCQ (Office de la Catéchèse du Québec) et la CRC.

Cheminer ensemble vers l’inconnu avec espérance et créativité

Après une soirée reposante, la programmation de l’assemblée générale a repris avec la deuxième intervention d’Elena Lasida. En repartant de l’imaginaire d’une vie bonne avec lequel elle avait conclu son premier exposé, Elena Lasida a essayé de répondre aux questions des membres en les regroupant sous trois mots clés :

  1. Interdépendance : c’est une invitation à faire alliance avec l’autre, à prendre des risques avec lui et à lui faire confiance, à sortir du cloisonnement de notre monde. Dans la vie religieuse, le vœu de pauvreté libère et ouvre à cette interdépendance.
  2. Communion : la communauté n’est pas la somme des parties, mais un lieu de rencontre, de dialogue, une unité comme celle d’un polyèdre, avec beaucoup de facettes, différentes, qui ne sont pas gommées, mais mises en dialogue. Dans la vie religieuse, c’est par le vœu d’obéissance que l’on reconnaît d’être incomplets et par conséquent enrichis par les autres et capables aussi de les enrichir.
  3. Inattendu : l’inattendu est toujours associé à l’expérience d’une limite, d’un obstacle ; c’est la limite qui permet de développer quelque chose de nouveau, d’initier des processus. La promesse n’est pas le but à atteindre, mais ce qui met en marche et que l’on ne connaît pas. Guider vers un futur inconnu c’est veiller et créer l’espace pour veiller ensemble, pour développer cette capacité de voir où et comment la vie est en train de naître. Dans la vie religieuse, le vœu de chasteté donne d’être créateur d’une autre manière.

Après la pause déjeuner, Gisèle Turcot, SBC, et Gilles Mongeau, SJ, ont animé un temps de partage réagissant aux interventions d’Elena Lasida. En réfléchissant sur les pas que les membres, leaders de communautés religieuses, pourraient être appelés à faire aujourd’hui, sœur Gisèle voit dans la nouveauté de Laudato Si’ l’invitation à repartir de l’aspect relationnel, et notamment de refonder l’option préférentielle pour les plus pauvres dans cette lumière. Il ne s’agit plus alors de répondre par des institutions, mais de voir dans les crises des opportunités et de créer des espaces pour veiller ensemble à la promesse que celles-ci cachent, soit par des réseaux de prière, soit par des réseaux de prise de parole.

Du point de vue de Gilles Mongeau, la réflexion de Mme Lasida met en lumière trois aspects qui concernent la vie religieuse aujourd’hui :

  • l’importance du discernement communautaire dans la prises des décisions de la communauté (revenir au charisme, pour y redécouvrir la promesse qu’il contient et pour éclairer les choix);
  • le lien avec les jeunes (qui cherchent des communautés d’appartenance);
  • la visibilité des personnes consacrées, car la vie communautaire, en soi très éloquente, est un témoignage à contre-courant significatif pour le monde d’aujourd’hui.

Suivant cette riche période de partage, les membres ont poursuivi le processus de réflexion autour des priorités 2018-2020 de la CRC. En fin de journée s’est tenue la réunion statutaire, temps durant lequel les rapports de la présidente, du directeur général et des finances ont été présentés aux membres de l’assemblée. Ces derniers ont pu assister en début de soirée à un chaleureux concert donné par le Chœur des enfants de Montréal dirigé par Léa Moisan-Perrier et accompagné au piano par Jean-François Grondin.

Au dernier jour d’assemblée, le nonce apostolique Mgr Luigi Bonazzi, représentant du pape au Canada, s’est adressé aux religieuses et religieux présents lors d’un traditionnel discours. Par la suite, les membres ont finalisé le processus de vote des priorités 2018-2020. Une célébration eucharistique co-présidée par Mgr Bonazzi et le père Pierre Charland, Ministre provincial des Franciscains de l’Est du Canada depuis 2017, a conclu cette 32e assemblée générale. Ce moment de communion fut l’occasion de remercier les membres du CA sortant et d’accueillir avec joie et espérance les membres du nouveau Conseil de la CRC qui ont été portés en prière par toute l’assemblée.


Documents ressources


Photos

Pour visionner l’album photo de l’Assemblée générale 2018, cliquez sur l’une des deux icônes ci-dessous :

Facebook

Flickr