Revenir à la liste

Retour sur les rencontres JPIC Québec de novembre 2017

Les 3 et 10 novembre dernier à Québec et Montréal, plus de 150 personnes ont assisté aux rencontres organisées par le comité JPIC Québec de la CRC sur le thème : « que préparent les communautés religieuses pour l’avenir du Québec? »

Avec les personnes-ressources, ce comité a souhaité donner la voix aux communautés religieuses qui ont mis en place des projets audacieux et nouveaux pour l’avenir du Québec, et cela conformément à leur charisme et à leur mission.

Trois expériences différentes, sur un total de quatre, ont été partagées lors de chacune des journées :

Le Monastère des Augustines

Intervenants :

  • Sœur Lise Tanguay, Supérieure générale de la Fédération des Augustines de la Miséricorde de Jésus au Canada;
  • Monsieur Denis Robitaille, directeur général de la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines.

Évoquant les diverses étapes du cheminement des religieuses des 12 monastères des Augustines et conscientes qu’elles étaient détentrices d’un patrimoine fondateur de grand intérêt, sœur Lise Tanguay et M. Denis Robitaille ont expliqué que les Augustines ont pris des dispositions afin que, devant le déclin du nombre de religieuses, leur mission se poursuive et que toute la population du Québec bénéficie de leur précieux héritage.

Pour cela, les Augustines ont utilisé une disposition juridique : la fiducie d’utilité sociale. La structure administrative est celle-ci :

  • Fiducie d’utilité sociale: créée en 2009, la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines veille à la protection du patrimoine immobilier et mobilier (plus de 40 000 objets) et s’assure que les intentions des Augustines soient respectées.
  • Organisme sans but lucratif (OSBL): le Monastère des Augustines
  • OSBL: le Centre Catherine de Saint-Augustin

Le monastère de Québec a accueilli les archives, les collections et les biens des autres monastères des Augustines de la province de Québec. Après des travaux de trois ans, le Monastère des Augustines a ouvert ses portes au public en 2015 lui permettant de découvrir le legs de ces religieuses. L’ancien cloître transformé ne se limite pas à l’aspect touristique, mais témoigne de la vocation sociale et spirituelle, de la compassion et du mode de vie portées par les Augustines depuis leur arrivée en 1639.

Il prolonge également la fonction d’hospitalité, de ressourcement, de soutien, d’utilisation responsable des ressources, de mémoire et d’accueil par l’offre en santé globale et en culture.

Les Augustines ont su s’entourer de consultants, de spécialistes « dont certains s’émerveillaient devant les poignées de porte » et de partenaires afin de mener à bien ce projet de legs où chaque étape a été entérinée à chacun de leur chapitre général.

Pour en savoir plus :

https://monastere.ca/

http://www.augustines.ca/fr/le-centre-catherine-de-saint-augustin

Au sujet de la fiducie d’utilisé sociale, voir l’article du Code civil n° 1260 (cliquer ici).

L’Institut Mallet

Intervenants :

  • Sœur Monique Gervais, Supérieure générale des Sœurs de Charité de Québec;
  • Docteur Harry Grantham, psychiatre et vice-président du conseil d’administration de l’Institut Mallet.

Comment la mission des sœurs de la Charité de Québec pouvait-elle se poursuivre dans un projet novateur? Quel parfum peut-il rester de Mère Marcelle Mallet arrivée à Québec en 1849 et de toutes celles qui ont donné leur vie? Que sera l’avenir de la maison d’œuvres, la Maison Mère Mallet?

Ces questions ont été portées par la congrégation des Sœurs de Charité de Québec au chapitre de 2006. Faisant l’étude de l’encyclique Caritas in Veritate de Benoit XVI et après diverses discussions, la congrégation opte pour un projet valorisant le don et l’engagement dans une approche moderne qui est maintenant connu sous le nom d’Institut Mallet.

Fondé en novembre 2011, fruit d’un partenariat entre les Sœurs de la Charité de Québec et l’Université Laval, l’Institut Mallet organise des tables-rondes, des conférences, des forums ainsi qu’un sommet aux deux ans afin que des gens de divers milieux échangent leurs philosophies et leurs pratiques concernant le souci de l’autre dans notre société, l’engagement social et bénévole, la solidarité et le don financier. Tel un incubateur d’idées, l’Institut Mallet a pour mission de faire avancer la culture philanthropique, en insistant plus sur la dimension du pourquoi que celle du comment.

Les bureaux de l’Institut Mallet sont situés dans la maison d’œuvres à la Maison Mère Mallet à Québec.

Pour en savoir plus : http://institutmallet.org

La Chaire de recherche Marguerite d’Youville d’interventions humanistes en soins infirmiers et Gestion Providentia

Intervenantes :

  • Sœur Aurore, Supérieure générale des Sœurs la Charité de Montréal dites les « Soeurs grises »;
  • Madame Diane Raymond, directrice des Services Administratifs Gestion Providentia.

Sœur Aurore Larkin et Mme Diane Raymond ont présenté les principales étapes vécues par les Sœurs de la Charité de Montréal pour que l’héritage de la compassion et de l’amour universel puissent continuer à s’épanouir dans la société actuelle malgré la baisse des effectifs religieux. Des mots clés sont évoqués durant ce parcours : nouveau langage, partenariat, initiative, laïcat, universel, besoins non comblés, redécouverte du charisme, éducation à la mission. La projection de vidéos a suscité beaucoup d’émotions, particulièrement celle montrant le rite de passage à une corporation laïque chargée d’assurer la durabilité et le développement des institutions fondées par la communauté et celle du départ des restes mortels de Marguerite d’Youville de la Maison mère pour Varennes en 2010.

Grâce à la vision des Sœurs Grises pour perpétuer l’esprit humaniste de Marguerite d’Youville et à une contribution majeure qui a servi de levier, la Chaire de recherche Marguerite d’Youville d’interventions humanistes en soins infirmiers de l’Université de Montréal a vu le jour en septembre 2016.

« La Chaire de recherche a pour but de développer et d’évaluer des interventions infirmières novatrices auprès de clientèles vulnérables, privilégiant une approche de soins humanistes, centrée sur le patient et la famille. »

La Fondation Roncalli

Intervenante :

  • Madame Sophie Labrecque, directrice générale et secrétaire générale de la Fondation Roncalli.

Rappelant les origines de la fondation et de celui dont elle s’inspire, le bon pape Jean XXIII, Mme Labrecque a mis en évidence la vision des Sœurs de la Providence qui, en 1974, ont décidé de créer une fondation distincte de leur corporation pour aider les populations vulnérables ayant de grands besoins. Depuis, la Fondation peut compter plusieurs communautés et partenaires pour poursuivre sa mission (spécifiquement pour des projets visant  l’international et ce, dans les pays en voie de développement) et sa raison d’être.

Les champs d’action de la Fondation Roncalli sont :

  1. l’évangélisation,
  2. l’éducation,
  3. la formation,
  4. l’infrastructure,
  5. l’eau potable,
  6. l’agriculture,
  7. la santé,
  8. l’urgence,
  9. les désastres.

Reconnaissant que le soutien aux gens les plus démunis est la raison d’être de la Fondation et constatant que la grande majorité des missionnaires québécois qui servaient de lien avec les populations dans le besoin sont de retour, la Fondation a décidé d’intensifier son accompagnement et la formation des bénéficiaires des projets dans le souci de continuer l’héritage des communautés du Québec.

Madame Labrecque a présenté différentes façons pour les communautés canadiennes de collaborer avec la Fondation Internationale Roncalli. L’objectif est de créer des dotations dédiées dont l’usufruit est affecté aux projets en soutien aux œuvres de certaines communautés dont les membres sont encore bien actives. La Fondation a mis en place ce service à la demande des communautés canadiennes. Elle possède une plateforme Internet qui favorise le suivi des projets et la formation pour les religieuses ou religieux locaux.

Une vidéo expliquant le processus pour acheminer les demandes d’aide financière en ligne a été projetée.

Pour voir cette vidéo : https://www.roncalli.ca/fr/Publications#Videos

Une prière animée par sœur Louise Latraverse, sœur de Saint Joseph de Saint-Hyacinthe, et Jacques Grenier, prêtre des Missions-Étrangères a débuté et conclue chacune des journées de rencontre (Psaume 92, 15 : « Dans la vieillesse encore ils porteront du fruit… »)

Albums photos

Pour consulter les photos de la rencontre de Québec (3 novembre), cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous.

Photos de Québec

Pour consulter les photos de la rencontre de Montréal (10 novembre), cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous.

Photos de Montréal


 

Membres du comité JPIC Québec de la CRC :

  • Jacques Grenier, prêtre des Missions-Étrangères
  • Bernard Hudon, jésuite
  • Louise Latraverse, religieuse de Saint Joseph de Saint-Hyacinthe
  • Apraham Niziblian, directeur adjoint, JPIC, à la Conférence religieuse canadienne
  • Hélène Plourde, Ursuline

Animatrice des deux journées : Renaude Grégoire, coordonnatrice, Bureau justice sociale de la Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne