Revenir à la liste
13 février

Père Jean-Baptiste Genest, CSV

Né à Verdun, le 2 octobre 1927, Jean-Baptiste Genest fait ses études classiques au Collège Bourget de Rigaud de 1942 à 1949. Puis il entre au noviciat et au scolasticat chez les Clercs de Saint-Viateur. Il est ordonné prêtre à l’église Saint-Viateur d’Outremont, le 17 juin 1954. Il enseigne, de 1954 à 1989, dans la même école à Outremont. Tout au long de sa carrière, on décelait chez lui un souffle créateur, une soif insatiable de vérité, un feu inextinguible qui embrasait tout et éveillait la curiosité intellectuelle de ses jeunes élèves grâce à un art personnel de la vulgarisation des connaissances scientifiques. Parlait-on de la photosynthèse de la feuille, de l’éclosion du bolet ou de la métamorphose de la chenille, la classe ressentait le même émerveillement que celui de voir surgir un lapin du chapeau d’un prestidigitateur!

Conscient de l’intérêt des jeunes à tout ce qui touche la nature, il veut que ses connaissances en biologie, en écologie et en géographie franchissent le cadre figé d’une année scolaire pour se répandre aux mois d’été. Dans Charlevoix, pays de rêve, il trouve et voit à l’achat d’un terrain exceptionnel en bordure du fleuve Saint-Laurent. En 1960, il fonde le camp d’écologie Saint-Viateur de Port-au-Saumon à Saint-Fidèle au Québec.

C’est dans ce milieu que le père Genest manifestera d’une façon marquante un leadership discret, une énorme confiance dans ses collaborateurs, collaboratrices et jeunes campeurs sous la tente. Une rencontre avec le père est toujours une occasion de repartir avec davantage de confiance dans ses propres talents. Il a le don de nous révéler à nous-mêmes et de nous ouvrir de nouveaux sentiers. Plusieurs anciens, dont le cinéaste Bernard Émond, soulignent le rôle marquant de cet éducateur qui leur a permis de s’ouvrir à la beauté du monde et à la contemplation.

Le père Jean-Baptiste Genest est décédé le 13 février 2015. Son œuvre lui survit au camp d’écologie de Port-au-Saumon. Là vous pouvez aller lire sur une grosse pierre un mot de Jean-Baptiste : «  Ma préoccupation, c’est d’insister sur les beautés de la vie. Si je veux susciter l’admiration pour les arbres, les animaux, les plantes, je me dis que les jeunes vont aimer la vie et être intéressés à la protéger. »

LIEN : 

http://www.viateurs.ca/