Revenir à la liste
19 août

Lucia Ho, MIC

Née le 2 février 1908 à Canton, en Chine, Suet Fan est la 14e enfant d’une famille bouddhiste nombreuse. Sa mère est la troisième épouse de Ho Liou Hing, un riche commerçant. Elle a douze ans quand une amie l’invite à l’Académie du St-Esprit où des religieuses canadiennes donnent des cours d’anglais. Elle y rencontre Pui-Chong Helena Foung et noue avec elle une amitié qui les suivra dans la découverte de la foi chrétienne et même de la vie religieuse. Des cours d’anglais, elles passent à des questions sur la doctrine chrétienne. Les Sœurs Missionnaires de l’Immaculée-Conception (MIC) deviennent catéchètes et les jeunes filles s’acheminent vers le baptême qu’elles reçoivent le 20 avril 1924.

Devenues très attachées aux sœurs, elles s’intéressent à leurs œuvres, l’Orphelinat et la Crèche. Lucia et Helena sont impressionnées par la vie des sœurs et elles font une première demande d’entrée dans la communauté, mais la fondation étant trop récente, elles reçoivent un refus. Déçues mais non découragées, elles s’inscrivent à des cours universitaires pour mieux servir l’Académie. Après un séjour d’études aux États-Unis, Lucia renouvelle sa demande et elle est acceptée au noviciat des Missionnaires de l’Immaculée-Conception (MIC) à Montréal le 8 août 1942. Elle parcourt les périodes de formation et fait profession le 11 février 1945, première recrue chinoise de l’Institut.

En janvier 1947 Sr Marie-Lucia retourne à Canton, où la situation politique va vite dégénérer. Le 14 septembre 1949, l’armée communiste s’empare de la ville, des sœurs canadiennes sont emprisonnées et subissent un procès populaire. L’Académie est confisquée, des expulsions sont prononcées. Sr Lucia voit partir toutes ses compagnes et elle est dénoncée comme « contre-révolutionnaire ». Elle est punie par de longues années de réclusion, de travaux très durs et la séparation totale des siens. Ce n’est qu’en 1980 que les MIC de Hong Kong peuvent la retrouver et faire les démarches nécessaires pour la libérer, le 12 juin. Elle n’a jamais trahi sa foi chrétienne.

N’étant pas autorisée à rester à Hong Kong, Sr Marie-Lucia revient à Montréal, où elle retrouve d’anciennes compagnes de Canton, et enfin à Québec, où l’attend sa grande amie Sr Helena Foung. Sr Marie-Lucia meurt le 29 août 1984. Le personnel soignant de l’Infirmerie disait d’elle avec vénération : «J’entre toujours dans cette chambre comme dans un sanctuaire…»

LIEN: http://www.soeurs-mic.qc.ca/