Revenir à la liste
6 octobre

Gerry MacNamara, SNJM

Née en 1938, à Toronto, Geraldine a vécu la plupart de sa vie à Winnipeg. Elle devient enseignante et avocate. Comme éducatrice elle gagne les cœurs de ses étudiants en provoquant leurs esprits. Brillante oratrice, elle défie les avocats, les directeurs d’école et les travailleurs sociaux de sortir pour aider ceux qui sont opprimés et vulnérables. Avocate habile et intrépide, elle défend ceux qui sont privés de leurs droits. Un juge dira d’elle : « elle était une femme solide ».

Elle aimait et respectait les enfants des quartiers défavorisés et elle les appelait chacun par leur prénom. Ces jeunes, qui avaient beaucoup souffert, étaient ses maîtres. Avec eux, en 1976, elle fonde Rossbrook House, une alternative – 24 heures sur 24 et 365 jours par année – à la vie destructive de la rue. Quarante ans après, la Rossbrook House continue d’offrir un lieu de refuge pour les enfants de la rue, un espace « où aucun enfant qui ne veut pas rester seul ne puisse jamais l’être ». Gerry aime taquiner les jeunes. Elle se rappelle leurs anniversaires, leur écrit des cartes de vœux, passe les vacances avec eux et ne leur demande jamais rien qu’elle-même n’aurait pas voulu faire. Un enfant, un jour avec les larmes aux yeux, dira : « C’est la seule personne qui m’ait jamais aimé ».

Sa seule présence exigeait le respect – un directeur d’école affirme : « elle était la conscience des quartiers défavorisés ». En 1980, avec les enfants de la rue, elle confronte la mairie de Winnipeg en organisant un forum public, et elle réussit à faire arrêter la construction de la Sherbrooke McGregor Overpass qui aurait détruit les maisons des quartiers favorisés. Ce succès inattendu donne confiance aux jeunes. Ils apprennent qu’ensemble ils peuvent obtenir un changement positif et travailler pour le bien de tous.

Gerry avait confiance dans l’avenir et a vécu pleinement sa vie. Elle est décédée suite à un cancer, en février 1984, à l’âge de 45 ans. Elle a reçu plusieurs distinctions honorifiques, dont l’Ordre du Canada. En juin 1998, elle a été intronisée au Temple de la renommée.

En 2001, Eleanor Stebner a écrit sa biographie, « GEM, La vie de Sister Mac ».